• Accueil

Nouveau Mémento de l'équitation -gratuit-

memento equitation galop

Mémento officiel EQUILibre®. Avec ce memento impertinent, ce dictionnaire nécessaire, ce glossaire pratique, complétez vos connaissances sur le monde équestre moderne, accédez aux fondamentaux de l'equitation moderne. Il vous est possible de nous faire part de vos remarques, de proposer de nouvelles définitions et d'enrichir ce mémento, cet abecedaire qui définit les fondamentaux de l'équitation moderne. nous écrire

 FACEBOOK PIERRE ENOFF

 

Cliquez sur le centre de l'image pour lancer la vidéo.

Le cheval est tout à fait disposé à être de notre coté… 

Soyons du sien et tout ira bien !                     

Cliquez sur le mot pour accéder directement à la définition.

achat coussinet digital ethologie  intestins papiers sabot blanc  renette rotative              
alliance inter-espèce couverture etriers lois physiques parage naturel sandales                
alimentation croyance flechisseur profond  longer parasites science                  
anti-inflammatoires   foin  longevite pareur securite                  
aplombs  debourrage fracture digitale  napoleon (fer) perforant sedentarite                
  deferrage fourchette marechal ferrant perissodactyle seime                
barre dermatophilose fourbure mors paroi selle                
boîte cornée dominant frequence cardiaque   poil simple                
boiterie dopage friandise napoleon (fer) poney sole                  
bezoard   galops 1 a 7 naviculaire predateur solipede                  
box  ecurie genisme nevrectomie proprioception statut                  
  easy boot guetre noctambule pur sang sucre                  
cabriole equitation classique grains     surnasure                  
centre de gravité equitation ethologique granulés odorat race    
               
chataigne equitation moderne gregaire oeillières randonnee talons  travail en liberte                
chevaux sauvages equitation western hipposandale ONC reflexologie plantaire tic  trotteur                
code rural   holistique onguligrade reforme transit  vasectomie                
colique equus caballus homeotherme  orthopédiques (fers) respiration    vermifuge                
competition espace horsemanship        vieillesse                
courses esperance de vie infibulation paille      vulvoplastie                

chevaux-couleurAchat : Prendre en charge un cheval ne se fait pas à la légère. On doit être en capacité d’offrir à son cheval une "vie de cheval". Cela implique d’avoir un espace conforme et d’éviter absolument la solitude, l’isolement. La présence de trois ou quatre congénères répondent à ses besoins grégaires. Le choix du compagnon partenaire doit se faire en toute connaissance de cause.  Avant l’achat, il est indispensable de vivre quelque temps en sa compagnie pour s’assurer que le courant passe et la confiance mutuelle s’installe. Louez avant d’acheter. A éviter : les chevaux issus du monde des courses.

Alimentation : Pour le cheval, la nourriture doit être considérée comme étant un droit. Le cheval est un herbivore et folivore qui fait 12 à 15 repas par 24 h. Il doit avoir à sa disposition permanente de l’herbe ou du fourrage de qualité et de l’eau. La dépendance à la nourriture perturbe gravement le rapport entre le cheval et nous, surtout si cette nourriture est artificiellement sucrée. L'alimentation devrait être un acte gratuit, ne mettant pas le cheval en situation de dépendance. Cf. granulés

Alliance inter-espèce: La relation entre nous et les chevaux s'inscrit dans le champ d'une alliance inter-espèce. Il existe des millions d'alliance inter-espèce : des bactéries au poisson pilote du requin. Toute alliance demande un échange.

poulain_maman_web

Notre propre corps est le siège d’un véritable écosystème dans lequel vivent des milliard de bactéries qui naissent, se multiplient, vivent, meurent. Nos cellules en font de même, nous n’avons d’ailleurs plus aucune cellule d’origine. Le vivant n'est possible que dans l'échange, nous sommes le fruit d'échanges permanents. En ce qui concerne l'échange entre le cheval et nous, il ne doit pas échapper au respect du vivant et en conséquence ne doit à aucun moment s'exercer au détriment d'une des deux espèces si nous souhaitons obtenir une relation épanouie.

Amidon : on trouve de l’amidon dans les fragments d’enveloppe des céréales introduite dans la constitution des granulés. Ce sous produit contient de l’amidon qui a un fort pouvoir de rétention d’eau. Nourrit avec cet aliment qui ne correspond pas au système digestif des équins, votre cheval aura un aspect bien rond mais plein d’eau et non de muscles. L’amidon déclenche une réponse d’insuline qui a pour effet d’énerver. Lorsqu’on supprime l’amidon pour une mise à l’herbe, le cheval maigrit à vue d’œil ce qui peut être perturbant mais salutaire pour l’individu herbivore qui devra non seulement reconstituer sa flore intestinale mais aussi réparer les dégâts générés par l’amidon.

boite_corne site

ANCELET Eric : Docteur vétérinaire, Eric Ancelet propose une alternative en médecine équine. Dans son ouvrage « Se nourrir… Être nourri » il mène une réflexion pertinente sur la diététique équine et nous livre des fondamentaux. Le docteur Ancelet nous rappelle l'essentiel : « Pour un herbivore, manger est indissociable de marcher »

Anti-inflammatoires : Leur utilisation à tout bout de champ se fait au détriment d’une réaction approprié du métabolisme général. Il convient de ne pas masquer la gêne. La gêne occasionnée par la douleur est là pour signaler à l’individu qu’il faut à la fois préserver la zone altérée mais aussi envoyer les éléments nécessaires à la « réparation ». Evitons donc d’administrer des anti-douleurs alors qu’il s’agit dans la plupart des cas d’un inconfort passager. 

Aplombs : Les bons aplombs sont ceux qui correspondent à chaque individu. En conséquence, les aplombs standard n’existent pas. Les aplombs corrects sont ceux qui permettent à un individu de se tenir et de se déplacer sans altération. Il y a autant d’aplombs corrects que de chevaux. La pose d’une orthèse sur la paroi perturbe l’aplomb naturel de l’individu ferré et provoque des désordres articulaires et tendineux. La croyance selon laquelle on peut rectifier un aplomb en intervenant sur un ongle fait beaucoup rire les orthopédistes pour humains ! 

Barre : Les barres font partie de l’ongle, de la paroi. Au cours de l’évolution, la partie arrière de la paroi a dû céder la place à la fourchette et pour répondre à des exigences de résistance physique s’est repliée pour former les barres. Les barres sont aussi l’espace sans dents qui se trouvent entre les incisives et les molaires, espace où l’on place une barre, le mors. Cette partie de la gencive est sensible donc inadaptée pour recevoir une pièce métallique. Certains cavaliers pensent que les barres ont été imaginées par la nature pour y loger un mors !

Boîte cornée : La boîte cornée est constituée de trois textures différentes : la paroi et les barres, la sole, les fourchettes et glomes. Chaque partie remplit des fonctions principales différentes. voir l'article

zebrure.web

Boiterie : Terme générique pour qualifier une gène plus ou moins prononcée au niveau de l'appui au sol.

Bézoard ou phytobézoard : Le bézoard est un "gasterolithe". La terminologie usité le présentant comme « entérolithe » n’est pas tout à fait adaptée à la réalité. Du grec "énteron" intestin et "lithe" pierre. Cette concrétion calculeuse, formée par un amas de debris, se développe bien dans l’estomac et non dans l'intestin. Le cheval ne pouvant régurgiter, cette "pierre" transite, quand elle le peut, dans les intestins ce qui peut provoquer une occlusion. Le cheval peut mourir de ce désordre dont l'une des causes principales est une alimentation inadaptée. Cf alimentation

Bile : Le cheval, herbivore, ne dispose pas de vésicule biliaire organe qui a pour fonction chez les omnivores et les carnivores de stocker la production biliaire du foie inutilisée lors d'une rupture digestive. Cette particularité impose une digestion continue pour le cheval donc une mise à disposition permanente d'alimentation sinon le cheval se fait de la bile et déprime entre chaque repas imposé par l'homme !

  Box : Nom se voulant « professionnel » pour désigner la cage dans laquelle se trouve enfermé le cheval. Ramené à notre corpulence, le box serait une cabine téléphonique, dépourvue de sanitaires et dans laquelle la nourriture serait jetée à même le sol… Un poisson rouge dans un verre !

chevaux nobox

Cabriole : Cette figure dite de haute école associe le lever des antérieurs avec une ruade. Les enfants éthiopiens des hauts plateaux sont tout aussi capables de faire réaliser cette figure à leurs chevaux. Faire croire qu'elle est le fruit du travail de l’homme est une usurpation intellectuelle. L’homme ne fait faire au cheval que ce qu’il est en capacité de faire lorsqu’il est libre, sa seule intervention étant de faire exécuter cette figure à la demande. Il n’est pas justifié d’avoir recours à des moyens coercitifs pour y parvenir.

Canon : Selon que nous considérons les membres antérieurs ou des membres postérieurs il s’agit du métacarpien ou métatarsien principal.  De chaque coté de cet os long se trouve des métacarpiens appelés métacarpiens latéraux. Ce sont les vestiges de l’évolution de trois doigts à un seul doigt. Au bout du canon se trouve le boulet. Nomenclature militaire quand tu nous tiens !

Cellules souches adultes : Cellules d’amplification transitoire, elles ont la particularité de se multiplier puis de se différencier. Au niveau de la couche basale épidermique une cellule donne des kératinocytes qui restent en colonne et migrent vers la surface. L’épiderme est ainsi une juxtaposition de colonnes issues chacune d’une même cellule souche adulte.

Centre de gravité : C'est la résultante des barycentres de toutes les parties anatomiques d'un corps. Chaque cheval a son propre centre de gravité. Le positionnement du centre de gravité varie lorsqu'il y a déplacement des membres ou de la tête.  Pour le cheval, il se situe dans une zone  en arrière des antérieurs, au niveau de la cage thoracique. Il est porté vers l'avant pour assurer le déplacement. C'est ainsi que l'on comprend mieux pourquoi les coureurs de vitesse à pied ont une forte musculature des bras et des pectoraux. Cette musculature leur permet de porter le plus en avant possible leur centre de gravité, de lancer leur jambe pour compenser le déséquilibre et ainsi aller plus vite. Chez le cheval c'est le rôle de l'encolure et du poitrail de porter le centre de gravité en avant pour générer le désequilibre en sortant du polygone de sustentation. L'ensemble cheval-cavalier a un centre de gravité différent que celui du cheval seul. Le centre de gravité de l'ensemble cheval-cavalier est la résultante des centres de gravité du cheval et du cavalier.

poulain ambiance_04Céréales : Le cheval n'étant pas un oiseau, les céréales, sucres rapides, ne constituent pas un élément de son alimentation. Le cheval n'est pas équipé pour digérer ce type d'aliment. Outre l'aspect abrasif des céréales qui va endommager le système ciliaire de l'appareil digestif, le caractère trop riche des céréales contraint le pancréas à une démarche anormale ce qui a pour conséqunece de perturber gravement le métabolisme du cheval.

Châtaigne : Vestige cornée d’un doigt localisé sur la face interne du membre. Au cours de l’évolution le cheval a gagné en taille et en vitesse de déplacement. Son système d’amortissement a dû évoluer aussi. Il était « équipé » au départ de cinq puis de trois doigts, un principal médian et deux latéraux participant à l’amortissement. Afin de limiter la masse en bout de membre, pour réduire le moment, les deux doigts latéraux ont été abandonnés au profit d'un nouveau système d’amortissement. Apparition de la fourchette et renforcement du tendon fléchisseur profond. La châtaigne est ce qui reste d’un des doigts latéraux.

neige + cerdagne siteChevaux sauvages : Sur la planète Terre, il n’existe plus de chevaux sauvages. Tous les chevaux sont descendants de chevaux approchés et sélectionnés par l’homme. Les plus inadaptés aux exigences de l’homme ont été mangés, les autres ont été domestiqués. Certains d’entre eux ont été sélectionnés puis relâchés. C’est le cas des mustangs d’Amérique. Avant l’arrivée des conquistadors, il n’y avait plus de chevaux sur le continent américain. Le cheval sauvage en Amérique ou en Australie - Brumby - est une légende. Tous ces chevaux sont issus d’une sélection rigoureuse voulue par l’homme ils ne représentent pas le panel originel. Nous sommes en présence de chevaux féraux et non sauvages.

Chuchoteur : On nomme ainsi  les « nouveaux maitres » de l’équitation qui prétendent chuchoter à l’oreille des chevaux. Le but annoncé est d’entretenir une relation différente de celle de l’équitation militaire. Malheureusement l’écoute n’est pas complète et ils ont du mal à se débarrasser des pratiques traditionnelles. C’est ainsi que le plus célèbre d’entre eux, Monty ROBERTS chuchote mais n’a pas bien écouté les chevaux puisqu’en 2015 le ferrage demeurait normal pour lui. Dommage !

reniflage_chevaux_web

CLARCK Bracy (1771-1860) : Dénoncer les dégats du ferrage n'est pas nouveau. CLARCK est un vétérinaire anglais méprisé par ses collègues alors qu'il souhaitait expliquer à ses contemporains, arguments à l'appui, les dégats que cause le ferrage. Il a mis au point une ferrure à charnières pour tenter de préserver la souplesse de la boîte cornée. Mais ce n'est pas en perfectionnant la bougie qu'on invente l'electricité. Aujourd'hui encore on propose vainement des fers en plastique, en alu ou encore collés pour éviter les clous... Peine perdue la solution à un problème ne saurait être trouvée avec la même démarche que celle qui a génèré le problème. Plus récemment d'autres vétérinaires ont succédé à CLARCK dans la dénonciation du ferrage : Les docteurs H. STRASSER et W.R. COOK sont les plus connus. Leurs études portent principalement sur une approche biologique très pertinente. Elles sont complémentaires des études et observations menées par P. ENOFF qui elles s'attachent à prendre en compte les lois physiques qui régissent tout déplacement d'un corps. La physique et la biologie sont intimement liées. La biologie est la réponse du vivant au respect incontournable des lois physiques. En partant des lois physiques, l'analyse  permet d'établir que le cheval ne se déplace pas sur la paroi mais bien sur la fourchette relais du coussinet plantaire. Cette simple connaissance aurait évité au docteur CLARCK de proposer un fer articulé ! Retenons toutefois le courage et la ténacité de ce vétérinaire à une époque où la pratique du ferrage ne souffrait aucune contestation.

protège bouletCloche & protège boulet : Protection placé sur le boulet des antérieurs pour protéger celui ci des chocs que donne le cheval avec ses postérieurs. La cloche serait plutôt celui qui ne sait pas encore que le cheval ne se marche naturellement pas sur ses pieds. C’est bien la présence des fers qui provoque cette impossibilité pour le cheval de situer ses postérieurs. Sans fers le cheval ne frappe pas ses antérieurs. Le choc provoqué par le fer sur les membres antérieurs représente un puissant coup de marteau !

 

COANDA Henri Marie (1886-1972) : Connu pour avoir découvert par hasard et défini l’effet qui porte son nom. L’effet Coanda est l’effet qui fait couler le thé le long du bec de la théière au lieu de gentiment être soumis à l’attraction terrestre et aller dans la tasse. Ce phénomène de la mécanique des fluides dépend de paramètres précis. En augmentant la vitesse du jet à la sortie de la théière le fluide ne « colle » plus au bec et tombe dans la tasse. L’effet Coanda est largement utilisé en aéronautique et dans les véhicules envoyés dans l'espace. Les fanons du cheval, la crinière, les poils utilisent cet effet "gouttière" pour conduire l'eau sans qu'elle ne touche la peau.

Code rural : art L214-1 Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. Pour ceux qui en doutaient encore, nombre de pratiques du monde équestre traditionnel non compatibles avec les impératifs biologiques des chevaux, sont hors la loi et principalement : la détention en box, l’alimentation et le ferrage. Mais que fait la police ? Elle monte des chevaux ferrés nourris au grain dans des box… sauf celle de la ville de Houston aux Etats Unis qui évolue avec des chevaux "pieds nus" !

Colique : Parler à un médecin de colique n’a pas de sens. Pour un vétérinaire c’est un grand fourre-tout qui signifie "désordre dans l’appareil digestif". Cette imprécision date d’une époque où l’on ne se souciait guère d’explication médicale rigoureuse puisque le « cheval à problème » devenait « cheval à manger ». Les causes principales des désordres du système digestif sont la sédentarité et la nourriture inadaptée Cf. : alimentation

courses trotteurCompétition : La plupart des compétions prestigieuses sont issues de la période militaire. La testostérone, mais aussi l’argent animent cette volonté de concourir sur le dos du cheval… est-ce bien sérieux ? La monture sert de faire valoir au compétiteur, tellement préoccupé par sa volonté d’être le plus fort, qu'il en oublie l’essentiel : la relation privilégiée, et donc le respect mutuel. Le cheval accepte de partager une relation épanouie, bien plus gratifiante que la compétition...

Coprophagie : Certains chevaux mangent leurs crottins. Cette pratique signale une tentative de reconstituer une flore intestinale déficiante. C'est la fonction olfactive qui permet au cheval de détecter des oligo-éléments ou encore une flore active contenue soit dans un crottin soit dans de la terre.

Courses : Le cheval est l’esclave des champs de courses. Les sommes engagées sur chaque compétiteur équin balayent la notion de respect de l’individu. Tout est bienvenu pour gagner à tout prix. Les méthodes les plus barbares sont utilisées sans que cela ne trouble les turfistes. « La grandeur d'une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés par la manière dont elle traite les animaux" Gandhi.

Coussinet digital : Par écrasement c’est lui qui remplit la première fonction d’amortissement à l’impact au sol. Il se situe sous la fourchette. Quand le cheval est ferré, la fourchette ne pouvant plus toucher normalement le sol, il devient inopérant et s’atrophie. Pour les vétérinaires du monde équestre classique il est nommé "bourse adipeuse" tant son atrophie est conséquente en présence d’un fer.

 

TMUCouverture
:
le cheval est un individu capable de résister à moins 45°C. Toutefois le cheval doit pouvoir se mettre à l’abri des vents froids et humides. A l’abri d’une haie ou d’une structure prévue à cet effet. La couverture est parfaitement inutile pour un cheval normalement constitué. Au contraire une couverture inhibe la fonction isolante des variations de températuture du poil en l'écrasant. Une surveillance est conseillée pour un cheval découvrant le plein-air après une vie en box.


Croyance
:
le monde équestre traditionnel est un nid de croyances toutes plus invraisemblables les unes que les autres : celles du ferrage, des balzanes, du sabot clair, du fer qui amortit… Comme le disait Einstein : il est plus facile de désintégrer un atome qu’une croyance.

fontaineDébourrage : Le cheval n’est pas un individu bourru, il n’a donc pas besoin d’être débourré. Dans le traditionnel débourrage, celui qui manque de civilité serait plutôt l’homme. Remplaçons le terme de débourrage par celui d’acceptation ou d’accord. Faire en sorte que le cheval accepte que nous montions sur son dos pour la première fois doit être l’achèvement d’un long processus de confiance mutuelle plutôt qu’un combat du type rodéo. La proximité du groupe familial ou des copains évite de traumatiser le jeune cheval qui ainsi sera plus en confiance. L’isolement ne rend pas serein. En revanche, le mimétisme joue un rôle important dans la dédramatisation de l’instant. Un cheval copain monté par un cavalier montre au jeune cheval qu’il n’est pas pénalisant de porter un homme sur son dos. Pour de simples raisons physiques, il faut attendre que la structure osseuse soit adulte pour mettre son poids sur le dos du jeune cheval. Trop solliciter le dos d’un cheval avant l'âge de 5 ans hypothèque son avenir.

Déferrage : La décision de déferrer son cheval est une sage décision, quelle que soit la situation et quelle que soit la discipline. Toutefois cette démarche nécessite un minimum de savoir-faire afin de réduire les douleurs générées par les désordres dus au ferrage.

Dermatophilose - gale de boue- : La gale de boue n'est une gale et n'est donc pas contagieuse. La cause unique n'existant pas, les causes qui provoquent la "gale de boue" sont multiples. Entre autres sédentarité, sol pollué, alimentation, ferrage... En effet à l'arrière du doigt du cheval se trouve une glande sudiripare qui est activée par la mise en pression de la fourchette et des glomes. Cette glande a pour fonction de réguler, par la substance acide qu'elle produit, le champ bactérien et fongique de la zone pourvue de plis de peau. La présence d'un fer empêche la fourchette de se mettre en pression et par conséquent d'activer la glande sudoripare. Il est toujours possible d'intervenir pour traiter les conséquences à l'aide de crème antifongique mais il est inidspensable de traiter les causes.

Digestion : Le cheval mange et digère en continu d'où l'importance pour lui d'avoir en permanence à sa disposition une nourriture adaptée.

IMG_8787 Dominant : Ce concept de la dominance, régulièrement mis en avant dans le monde équestre classique, perturbe la qualité de la relation homme-cheval. Chaque individu à tour de rôle, suivant les situations, prend le pouvoir. Au moment du saut, le cheval domine bien la situation en revanche le cavalier la domine en ce qui concerne l’ordre des obstacles. Préférons la notion de partenariat et d’échange à celle de domination. Sommes-nous assurés qu’aujourd’hui, ce n’est pas le cheval qui nous domestique ?

Dopage : Le dopage inonde le monde de la compétition. Le monde du cheval n’évite pas ce travers. Il peut conduire à des situations ubuesques : Dans les courses de trot, l’absence de fer sur un cheval est considéré comme étant un dopage déguisé. En effet, les vétérinaires chargés du contrôle anti-dopage savent bien que le sabot libre permet une assistance cardio vasculaire performante. Cet élément naturel est considéré comme anormal dans le monde des chevaux ferrés… un comble !

Cavaliere-carolEasy boot -voir aussi hipposandale- : Nom donné aux sandales pour sabots, qui sont parfois utilisées en cas de déferrage. Contrairement au nom donné par les commerçants qui souhaitent rassurer leurs clients, elles n'ont rien d'easy ces boots.  En situation de post ferrage, elles sont un outil décevant parce que la proprioception reste troublée et qu'elles se révèlent vite sous dimensionnées. Le déferrage est en effet suivi d’un élargissement de la boîte cornée, qui retrouve sa géométrie normale après la période de contrainte. La pose de sandale n'est pas un acte gratuit ni au niveau économique ni au niveau perturbation de la proprioception. La bonne pratique consiste à préparer la boite cornée et la texture du coussinet plantaire. Cela dit, ces sandales posées uniquement lors des sorties ne provoquent pas les dégâts produit par le ferrage.

Ecurie : L’écurie devrait n’être qu’un lieu de passage, un lieu d’échange dans la relation inter-espèce homme-cheval, un lieu à l’abri des intempéries où le cheval ne séjourne que pour de courts instants le temps d’un soin ou d’une préparation. Dans la majorité des cas, il est un véritable lieu carcéral où le cheval s’ennuie et développe des pathologies diverses liées à sa déprime. Cf.Tic

Elasticité du fer : Les instructions édictées par les instances officielles sont surprenantes. Reprises dans le manuel, la bible, servant à l’enseignement et à la formation des cavaliers de haut niveau –Galop 7- elles tentent de faire gober aux élèves studieux que le fer bénéficie d’une élasticité surnaturelle pour s’ouvrir et permettre à la fourchette de toucher normalement le sol. Magique mais physiquement impossible. Que ne dit-on pas comme absurdités pour cautionner le ferrage ! Ennasure : Cf surnasure

Epiderme : Tissu superficiel de la peau. Il est constitué de plusieurs couches de cellules épithéliales, nommées "kératinocytes".


Equitation classique
: Equitation faisant référence à l’équitation traditionnelle issue de la culture militaire, au temps où les chevaux étaient considérés comme des machines de guerre.

Equitation éthologique : Ne signifie rien de compréhensible en termes sémantiques. Les utilisateurs de cette formule magique tentent de faire croire aux équitants qu’ils pratiquent une équitation respectueuse du cheval. Malheureusement, le commerce fait que l’on rencontre chez les éthologues bon nombre de propositions qui ne respectent pas le cheval : ferrage, mors, box…inde agra taj.mahal 2010 (web)

Equitation douce : Equitation intégrant le fait que le cheval est un individu partenaire connu, reconnu, respecté et apprécié comme tel. L'équitation douce fait appel au savoir moderne.

Equitation western (américaine) : Equitation faisant référence au travail du bétail, issue principalement d’une culture où l’on considérait les chevaux comme étant des outils.

Equithérapie : Soigner les hommes en faisant appel aux chevaux. Voici une idée séduisante et généreuse, le cheval est un bon média. Toutefois comment peut on soigner un individu en ayant comme miroir un cheval prisonnier. C’est ce que proposent bon nombre de centres qui oublient que les chevaux qu’ils utilisent sont eux-même des malades victimes d’un quotidien de vie coercitif – box, ferrage, mors… - et en dépendance alimentaire de l’homme.

Equus Cavallus : Le cheval moderne est le fruit de 60 millions d’années d’évolution. Si cette trajectoire vertigineuse était représentée sur une année, la reverencerelation inter espèce « homme–cheval »  débuterait une demi-heure avant la fin de l’année. Quand à la mode malheureuse du ferrage et du box, elle aurait lieu dans les dernières minutes durant lesquelles les chevaux formuleraient le vœu que finisse enfin l’âge du ferrage et de la prison…

Espace : Le cheval a besoin d’espace pour garantir une vie équilibrée. Alors que pour l’homme la notion de "bien être" passe par l’aménagement de son espace, celle du cheval est synonyme d’utilisation de son espace. Plus il a d’espace à sa disposition, plus il est bien ! lire l'article

Espérance de vie : Le cheval a une espérance de vie très variable suivant son parcours de vie. On remarque que les poneys, qui sont des chevaux miniatures, vivent plus longtemps que les chevaux. L'explication vient du fait que les poneys ne sont généralement pas ferrés. Cette observation, à la portée de tous, suffit à nous faire comprendre que le ferrage réduit notablement l'espérance de vie des chevaux. voir l'article


Ethologie : Etymologiquement concerne l’étude des mœurs. La plupart des études éthologiques  observent les chevaux domestiques en captivité et en déduisent le comportement du cheval en général voire même en milieu naturel. Cette dérive scientifique conduit à penser que le cheval domestique en milieu naturel a un comportement similaire à celui qui est en prison. Cette interprétation induit une méconnaissance du cheval et par conséquence mène à une relation homme–cheval complexifiée.

Etriers : Pour assurer la sécurité du cavalier, il est recommandé d’utiliser des étriers dits de sécurité, ce qui évite au cavalier de rester "pendu" par un pied coincé.

Fanons : Les fanons constituent l’ensemble des longs poils situés au dessus de la boite cornée et sur le boulet. Ces poils ont deux fonctions principales. A l’arrière, ils permettent au cheval de situer précisément la distance entre le boulet et le sol lors de la réception au sol. La seconde fonction permet par effet Coanda de « canaliser «  l’eau au delà de la couronne. L’homme a copié en équipant ses vêtements de franges. Les fanons des baleines sont aussi des poils du palais. Professeur GUDIN vous avez raison, les poils sont partout !

chevaux neige siteFête du cheval : Chaque année une journée est consacrée à "la fête du cheval". Durant cette journée le cheval n'est pas à la fête, il est plus sollicité que d'habitude... C'est plutôt la fête du cavalier !

Féral : Les mustangs  ou les brumbies sont des chevaux féraux -ferals-. Le cheval dit de Prjevalski –equus ferus- est aussi un cheval feral. Il est passé par la « case prison» (zoo), touché par la consanguinité puis libéré. Toutes les études scientifiques sont donc faites sur des chevaux ayant été approchés et sélectionnés par l’Homme. 

Ferrage : Le ferrage des chevaux est issu d’une terrible méprise. L’homme a cru protéger le cheval alors qu’il l’a rendu sourd. En fixant un morceau de ferraille sur le capteur sensitif qu’est l’ongle il a rendu impossible la lecture du sol et de l’appui.  Un aveugle a qui on demande de lire le braille avec des dés à coudre à chaque extrémité des doigts.

Chevaux pieds neigeFléchisseur profond : C’est le tendon principal en charge de l’amortissement à l’impact. Aussi appelé « le perforant », il se fixe au niveau de la troisième phalange.

Foin : Le fourrage est de l’herbe séchée. Pour les herbivores, le foin perd en valeur nutritive et en digestibilité par rapport à l’herbe. Il convient d’être très attentif à la qualité du fourrage. La composition, le stade de fauchage, les conditions de séchage et de récolte déterminent cette qualité. Varier les fourrages proposés est une garantie supplémentaire d’offrir le meilleur. Le fourrage sera proposé en libre service pour éviter de rendre le cheval dépendant. Cet aliment sec demande une mise à disposition permanente d’eau. Cf. alimentation

Fracture digitale : La pose du fer favorise les fractures digitales. Lorsque l'on place un cerclage métallique avant l’achèvement de la croissance, celui-ci fixe une dimension à la boite cornée et ne laisse pas assez de place à la troisième phalange qui, sous la pression, peut casser ou développer des excroissances osseuses appelées "surossification". D'autre part, les phalanges ne sont pas physiquement dimensionnées pour recevoir l’impact au sol lorsque la vitesse est élevée. Anormalement sollicitées en cas de ferrage, elles cassent sous la pression. Les cartilages hyalins souffrent aussi de cette situation anormale.

chevaux pids nus transhumance 2015FourchetteStructure pilleuse maillée et collagène, ensemble protecteur du coussinet digital en forme de V pour mieux accrocher au sol. Cet élément est prépondérant dans la réception au sol du doigt du cheval. Il se renouvelle en fonction de l’usure, plus rapidement que toutes les autres parties de la boîte cornée et se prolonge sur le talon avec les glomes. Contrairement aux croyances, cette partie du sabot n’a pas pour fonction majeure la proprioception mais bien la réception à l’impact. Elément protecteur du coussinet plantaire, la fourchette est en capacité de se régénérer en quelques heures.

Fourbure : Terme fourre-tout. Ceux qui l'emploient  hésitent entre une congestion au niveau du doigt du cheval et un déplacement architectural des phalanges. Sans avoir peur du ridicule, ils nomment cela comme étant une maladie. Ce flou, cette incohérence, nous renvoient à une époque où l’explication  rigoureuse importait peu vue la destination bouchère du cheval détraqué par une alimentation inadaptée, la sédentarité, ou/et le ferrage. La "fourbure" n'est autre que la goutte ou encore un panari qui peut déformer l'architecture osseuse.

joel et ornata_webFréquence cardiaque : Le cheval a une fréquence cardiaque au repos -FCR- de l'ordre de 30 à 40 battements par minute -bpm-. Il est toujours intéressant de connaitre la fréquence cardiaque au repos de son cheval. Une augmentation de la FRC nous signale une fatigue anormale, une douleur ou un désordre pathologique. Au cours d'un effort intense la fréquence cardiaque d'un cheval ferré n'est pas assitée par les "quatre petites pompes" - voir Venturi - annexes situées sous les sabots. Durant l'effort la fréquence est anormalement élevée chez un cheval ferré. Certaines études vétérinaires n'hésitent pas à présenter le cheval comme étant "l'espèce qui peut atteindre sa fréquence cardiaque maximale le plus rapidement à partir du repos". Ces études oublient simplement de préciser qu'elles observent des chevaux ferrés et qu'en conséquence cette montée exceptionnelle n'a rien à voir avec "l'espèce cheval". Elle est due au fait que pour compenser l'absence d'assistance cardio vasculaire du sabot libre le cheval ferré sollicite anormalement la pompe principale qu'est le coeur et augmente ainsi la fréquence à l'effort. Sabots libres, la progression du rythme cardiaque est conforme aux autres mammifères durant l'effort.


Friandise : Habituer son cheval à la consommation de friandises perturbe la relation qui doit s’instaurer sur une confiance mutuelle et non sur une dépendance. Le jour où on oubliera la carotte ou le bout de pomme, le cheval frustré s’en souviendra, la relation se dégradera et il sera alors plus difficile de l’aborder.

Galops 1 a 7 : Ce programme officiel de "galops" gradué de 1 à 7  vise à étalonner le savoir du cavalier mais correspond plus à la transmission de l’histoire de monde équestre classique qu’à un acquis de savoir moderne. Ce moule "galops 1 à 7 " devrait être rangé dans un musée…

Génisme : Les éleveurs de chevaux, particulièrement dans le monde de la compétition, pensent ou font croire à travers l’institution de « l’encouragement de la race chevaline », qu'en mariant une jument prix Nobel et un étalon prix Nobel on obtient une poulain prix Nobel ! voir l'article 

Gluten : Le gluten est une protéine que l’on retrouve dans les céréales comme le blé, le seigle, le maïs ou encore l’avoine. L’agroalimentaire a, pour des raisons économiques sélectionné des variétés de céréales les plus riches en gluten (plus il y a de gluten plus le pain gonfle). Le gluten n’est pas une substance innocente. Les gliadines, un des composants du gluten  ont la fâcheuse habitude de détruire les jonctions cellulaires de l’intestin ce qui le rend « poreux ». Devant ce danger l’organisme réagit fortement et déclenche son système immunitaire. La muqueuse intestinale est irritée et se trouve dans l’incapacité d’assimiler correctement les nutriments. Conséquences sans appel : irritation du colon, inflammation intestinale, stress, maladies neurologiques… On trouve une concentration du gluten dans la plupard des granulés. Pendant que le gluten détruit l’intestin l’agroalimentaire fait son blé !

poulain_yvesGUDIN Claude : Ingénieur et docteur en biologie végétale. Il a consacré sa carrière aux biotechnologies – INRA CEA  CNRS – Spécialiste des poils et des ongles, il est l’auteur entre autres de « Une histoire naturelle du poil ». Dans cet ouvrage il présente l’importance et l’omniprésence des poils.

Guêtre : Le cheval est parfois équipé de guêtres au niveau de ses antérieurs, pour les protéger du choc provoqué avec un postérieur. Cette rencontre anormale entre antérieurs et postérieurs nous signale un souci locomoteur qui s’explique par la présence des fers. La présence du fer inhibe la fonction proprioceptive -exterioceptive-. Le cheval ne connaissant pas la position exacte de ses postérieurs, vient frapper ses antérieurs. Un cheval sabots libres n’est pas sujet à ce problème locomoteur. Il n’a donc pas besoin de guêtres et ce depuis des millions d’années.

Grains : Le cheval n’est pas un oiseau. N’ayant pas de gésier, il est incapable de digérer convenablement les graines. Seules les graines germées peuvent entrer dans son alimentation. Aucune preuve scientifique ne démontre que l’avoine ou l’orge sèches soient une alimentation adaptée aux équins. Cf. bézoard


chevaux pieds ombre cielGranulés ( la moulée ) : Nourriture particulièrement inadaptée aux chevaux. Le sucre  ( mélasse ) est très présent, que ce soit dans les bonbons pour chevaux ou dans les granulés. Rappelons que le sucre est une drogue plus dure que la cocaïne ce qui rend les chevaux "accros". Leur comportement est très perturbé quand ils sont en manque. L’amidon contenu dans les granulés « remplit » artificiellement le cheval. Le phosphate de calcium –calcium, phosphore, oxygène-, désastreux pour l’environnement, nous fait penser qu’on nourrit les chevaux comme des poulets de batterie… Avec une telle nourriture pas étonnant que les chevaux développent des problèmes tendineux.

Grégaire : Le cheval est un individu grégaire, qui vit en groupe. La solitude le déprime, il a absolument besoin de vivre avec des individus de son espèce.

Hipposandale - voir aussi easy boots - : Alors que la nature a mis des dizaines de millions d'années pour réduire le nombre de doigts de cinq à un seul afin de réduire la masse située à l'extrémité du membre (réduire le moment), l'homme en superbe ignorant s'évertue à multiplier cette masse par deux voire trois en fixant une orthèse ( fer, boot...).  Augmenter la masse en extrémité du membre provoque des problèmes tendineux. Les attaches ligamentaires sont prévues pour une masse donnée, celle de la boite cornée... Rappel : la paroi est un capteur sensoriel pour le cheval. L'inhiber par la pose d'une orthèse perturbe gravement l'extéroception indispensable à la protection des structures articulaires et tendineuses. En multipliant par huit la surface de contact au sol -rapport entre la surface de la fourchette/surface de l’ensemble du dispositif proposé-, l’adhérence au sol est divisée par huit ce qui est très dommageable pour le cheval et son cavalier. En cas de ripage, l’interface placée entre la boite cornée et le substrat augmente considérablement le temps de transmission de l’information. Dommage pour le couple cheval-cavalier qui risque fort d’être victime d’une glissage intempestive.  Le cheval ne se déplace pas sur sa paroi comme la pose d'une sandale l'impose. Il se déplace sur sa fourchette. Moins couteux et plus respectueux est de rendre conforme le coussinet plantaire pour assurer au cheval un déplacement harmonieux sur tout type de substrat. Soyons toutefois conscients que l'utilisation d'hipposandales est moins catastrophique que celle du fer.

Holistique : Pratique d’investigation visant à traiter un individu de façon globale en ne se limitant pas à la partie affectée par les symptômes. La cause unique d’un désordre n’existant pas, le traitement holistique permet d’en répertorier la diversité et d’être ainsi plus efficace pour résoudre les désordres pathologiques.

chevaux pieds nus rodomeHoméotherme : Le cheval est un individu homéotherme ce qui signifie que l’ensemble de son corps est à la même température. Souvent, les vétérinaires s’inquiètent quand le « pied » du cheval est chaud. Effectivement un cheval ferré a le "pied" plutôt frais étant donné que la circulation sanguine ne s’effectue pas normalement en présence de fers.

Horsemanship : de Horse « cheval », man « homme » et ship « état, condition, fonction de, capacité ». A l’instar du leadership, de friendship, du showmanship ou du citizenship ceux qui s’autoproclament ainsi ont la certitude d’avoir « la compétence d’homme de cheval ». Cet anglicisme, ce titre ronflant à nos oreilles latines, n’a rien d’officiel. Cette terminologie de pur style anglo-saxon, est en fait récupéré comme vitrine commerciale visant à vendre une approche des chevaux. Par manque d’originalité, ce titre est repris en France par certains qui souffrent de déficit identitaire. L’exotisme aidant, ceux qui se considèrent comme « hommes de cheval »  trouvent ainsi refuge dans une imagerie exotique. En concours d’équitation dite « western » existe une épreuve « horsemanship » (présentation à cheval). A notre connaissance on ne rencontre pas de femme qui, en France, s’affuble du titre d’horsewomanship sans doute parce que contrairement au machisme, le féminin n’a pas besoin d’une reconnaissance hollywoodienne pour exister.


Intestin 
:
L’intestin contient des centaines de neurones chacuns prolongés par une fibre nerveuse – axone -. C’est un système nerveux à part entière. Il utilise des dizaines de types de neurotransmetteurs. Ces messagers chimiques sont identiques à ceux du cerveau. L’intestin est un second cerveau, autonome et en capacité d’assurer ses propres fonctions vitales. Il est en communication permanente avec le cerveau via le nerf vague. Il y a une étroite corrélation entre le cerveau et les intestins. Offrir à son cheval une nourriture inadaptée perturbe son métabolisme et atteint son moral. Les milliers de cils de l'intestin grèle augmente la surface de brassage de plusieurs centaines de mètre carrés. Ils interviennent pour malaxer les aliments et informer de la situation digestive. Cf. alimentation

ehiopie (web)Locomotion : La locomotion est la faculté de se déplacer. Fonction vitale des animaux pour se nourrir ou fuir les prédateurs. La science qui étudie les causes du mouvement est la dynamique. Cette brancge de la mécanique est régie par trois "lois du mouvement" énoncées par Isaac Newton.

Lois physiques : Les lois physiques sont incontournables. Vouloir les défier n’est pas sans conséquences. La biologie répond exactement et uniquement aux lois physiques. Toute intervention invasive de type ferrage, perturbe l’équilibre patiemment mis en place par la nature.

Longer : Longer un cheval apparaît comme étant un contresens. Nous cherchons, avec la compagnie du cheval à être proche de lui. En le faisant tourner au bout d’une corde, nous ne faisons que l’éloigner de nous. Cette pratique, contre-productive en termes relationnels, servait surtout pour soi-disant assouplir le cheval ou régler ses problèmes de dos. Rappelons que la source d’une quelconque raideur prend naissance dans la sédentarité, le ferrage et l’utilisation du mors. Marcher aux cotés de son cheval renforce la complicité.

Longévité : La longévité du cheval est scientifiquement établie à 50 ans. voir l'article

marechal volantMaréchal-ferrant : Maréchal nous vient de l'anglo normand "marescal" - 1086 - d'un ancien francique marhkalk : domestique chargé de soigner les chevaux. Le terme de maréchal nous signale que ce métier s'est développé avec la pratique militaire et donc du cheval outil. Tout comme la pratique militaire de l’équitation, ce métier est destiné à disparaître. En effet, une plus grande attention au savoir en termes de locomotion équine et surtout une relation différente, avec un cheval partenaire, induit un désir fort de respect du cheval par les équitants modernes. Les pratiques militaires du cheval outil mécanisé à coup de marteau ne correspondent plus aux propriétaires de plus en plus soucieux du bien être de leur compagnon. Cette mutation s'inscrit dans le temps. Par le passé déjà, de nombreux métiers ont disparu au profit de nouveaux. Ce métier sera très probablement remplacé par ceux de pareur ou de pédicure équin qui devront être en mesure de garantir de bonnes pratiques. La photo-ci contre nous montre que les chevaux n'apprécient pas toujours le ferrage et nous le font savoir ! Monsieur Audiard, confirmation : quand les maréchaux ferrants volent, les vétérinaires sont chefs d'escadrille...

ombre-comusMétatarsigrade :  du grec méta - au delà -, du grec tarsos - claie cheville -, et du latin grade - pas marche - . Tous les vertébrés voient la résultante des forces en présence dans le déplacement de leur corps dans l'axe du métarsien pour les bipèdes et métacarpien et métatarsien pour les quadrupès. Tous les vertébrés, dont le cheval, sont donc des métatarsigrades.

Moment : En physique, on appelle moment de force, ou moment cinétique, par rapport à un point, l’aptitude d’une force à faire pivoter un système mécanique autour de ce point qui s’apparente à un pivot. C'est le phénomène physique qui provoque la rotation (autour de l’épaule pour le cheval). Plus la masse est importante à l’extrémité du bras de levier plus le moment cinétique est important. Plus il est important, plus la structure du bras de levier doit être importante. Plus le sabot est lourd, plus le membre doit être résistant. Le membre du cheval est dimensionné en fonction du poids de la boîte cornée. L’ajout d’une masse supplémentaire – le fer – augmente notablement le moment alors que le membre n’est pas proportionnellement dimensionné. Les attaches tendineuses et les tendons ne sont plus en capacité de résister à cette augmentation anormale de la « force cinétique ». Ils se dégradent.

langue mors

mors ravageurMors :

Le mors donne mal à la tête de votre cheval !

L’utilisation du mors provoque un défaut d’occlusion de la mâchoire. Lorsque le cavalier agit sur les rênes, même légère, l’action physique du mors en appui sur les barres et les prémolaires inférieures provoque un glissement du maxillaire inférieur. Le «décalage» entre "mâchoire inférieure" et "mâchoire supérieure" va avoir des conséquences aussi discrètes que ravageuses. Le défaut d’occlusion empêche la mâchoire du bas de trouver sa position de repos dans les articulations des mâchoires. Il provoque un mauvais glissement de la mâchoire. Les muscles masticateurs tentent vainement de rétablir un contact harmonieux des dents, un affrontement correct entre les dents des deux mâchoires. Ce contact, quand il n’est pas perturbé, garantit une bonne mastication, élément préparatoire à une bonne digestion. Ces muscles masticateurs présentent alors des contractures qui génèrent une crise migraineuse. L’utilisation d’un mors donne un mal de tête insupportable à votre cheval. (Bibli. Docteur Renaud LATOURTE). cf SADAM.

L’utilisation du mors est une méthode invasive. La ferraille placée dans la bouche du cheval qui, au delà du désir de le « diriger », génère des troubles respiratoires et dentaires, interfère sur la locomotion, provoque des douleurs et des ulcérations buccales. Tous les cavaliers savent bien que l'ont arrête pas un cheval qui "embarque" avec un mors. Quand un cheval se "défend" et "embarque" c'est le signe que la relation n'est pas harmonieuse et que le cheval a un compte à régler avec son cavalier. Ce n'est pas par la douleur dans la bouche que le cheval sera à l'écoute de son cavalier, bien au contraire. Le cheval partenaire, non contraint, est un individu attentif, à l'écoute des intentions de son cavalier.  Pour assurer la transmission d'intention une surnasure suffit au cavalier respectueux de son cheval. Contrairement à ce qui est souvent dit le mors ne décontracte pas le cheval, il le fait saliver ce qui déclenche une mise en route digestive alors que l'estomac est vide.

Napoléon (fer) : Pour faire "durer" le cheval un peu plus après l'avoir détruit avec le fer, les maréchaux ferrants de l'armée napoléonienne proposaient une solution "miracle" : le ferrage à l'envers dit "fer Napoléon". Cette pratique permet de déplacer le point de désordre créé par le ferrage. Dans l'instant le cheval est soulagé et peu donc repartir vers le front. Mais quelques semaines plus tard, un nouveau point de désordre voit le jour et la douleur est à nouveau présente. Ce n'est pas grave, dans l'armée napoliéonienne le cheval détruit est "recyclé", servi en steack aux soldats ravis. Les intervenants qui tentent maladroitement d'expliquer "scientifiquement" le bien fait thérapeutique du fer dit "Napoléon" se ridiculisent. Le fer ne peut participer à une solution thérapeutique, il est le problème à l'endroit comme à l'envers.

Avec humour, nous pouvons décliner le ridicule en parlant du fer Henri IV - ou Méthode Ravaillac qui soigne les chevaux dits "pieds de poule au pot", le fer d'Artagnan mieux connu sous le nom de Professeur Charles Batz de Castelmore : Un fer pour tous, tous pour un fer ! Révolutionaire, le fer Louis XVI qui coupe les pieds à défaut de couper la tête de ceux qui racontent n'importe quoi en terme de locomotion équine pour justifier la pose du fer. Et enfin, plus récent, le top des  ventes, le célèbre fer a dissous pour les pieds ferrugineux... - Contribution Pierre BAHETTE - voir aussi fers orthopédiques

naviculaire01Naviculaire : Ce petit sésamoïde – de la forme d’un petit navire - intervenant dans la mécanique de la suspension est accusé à tort de tomber malade. Le terme « maladie naviculaire » est le fruit d’une explication oiseuse. Comment serions-nous victimes de la "maladie rotule" par exemple ?!? Plus sérieusement consultez la rubrique doigt d'équidé

Névrectomie : Section partielle d'un nerf, exérèse d'un nerf. Cette opération barbare est pratiquée chez les chevaux victimes de pathologies digitales. Au lieu de rechercher la cause régulièrement liée au ferrage, le praticien préfère couper l'information "douleur" en sectionnant le nerf  entre sole et boulet ! Cette pratique est strictement prohibée dans le cadre de la compétition non pas par respect du cheval mais parce qu'elle met en danger le cavalier, la monture ne réagissant plus à la douleur. Belle mentalité !

Newton Isaac ( 1643 - 1727 ) : Physicien, mathématicien et philosophe anglais. Les trois lois du mouvement qu'il énonce sont le fondement de la mécanique. Avant lui Galilée, Descartes, Gassendi avaient appréhendé ces lois. La première concerne l'inertie des corps, la seconde loi est le principe fondamental de la dynamique : " les changements qui arrivent dans le mouvement sont proportionnels à la force motrice et se font dans la ligne dans laquelle cette force est imprimée ". Nous retrouvons ici l'axe du métatarse - du canon - !  La troisième loi fait référence au principe action/réaction. En dynamique l'action est toujours égale à la réaction. L'action de l'impact du sabot au sol génère une réaction du sol d'intensité égale est de sens contraire. Ainsi le sabot pousse vers l'arrière pour propulser le cheval vers l'avant. 

inde region dundlod 2010 (web)Noctambule : Le cheval est un individu très actif pendant la nuit. Il n’a pas de chance puisqu'il est en général enfermé durant cette période. Les équins sont en capacité de distinguer les nuances de clarté dans la nuit et en vibrant au sol leurs sabots libres les renseignent sur la nature de chaque appui dans le noir.  Pas de chance encore, ferrés ils perdent cette faculté vibratoire du sabot, véritable capteur sensoriel.

sentir01Odorat : Il est très développé chez le cheval, qui est en capacité de lire la carte d’identité des individus qui l’entourent dont l'homme. Quand on aborde un cheval, plutôt que d’avancer la main, il est préférable de souffler son haleine et éviter d'approcher  avec un stress qui ne manquera de se traduire par des effluves « négatives ».

Oeillières : Une invention qui détermine le type de relation que l'homme impose au cheval. Ceux qui équipent leurs chevaux d'oeillères n'en ont-ils pas eux même ? Ce manque de confiance dans le cheval au point de l'empécher de voir ce qui se passe autour de lui est insupportable et marque une nouvelle fois le désir imbécile de contraindre.

ONC : Origine Non  Constatée. Se dit des chevaux dont la lignée n’est pas officiellement constatée par les "instances autorisées". Chaque éleveur de chevaux constate pourtant bien qui sont les ascendants de leur poulain.


Onguent :
Le badigeonnage d’un onguent sur les sabots ne change en rien la constitution de la corne. Cet onguent peut être au laurier, à la biotine à l’huile de lin… cela ne change rien sauf pour le porte monnaie du propriétaire. Contrairement à ce qui habituellement avancé un onguent ne favorise en rien la pousse de la corne. La qualité de la boite cornée est essentiellement assurée par ce que le cheval ingère. L’unique modification de souplesse est observable quand le sabot séjourne longuement en milieu humide. Etant une production épidermique, la corne se ramollît en milieu aqueux comme peut le faire le cale de nos talons quand nous prenons un bain. Dès la sortie de la baignoire l’épiderme retrouve sa texture initiale. Ce n’est pas la dureté de la boite cornée qui conditionne la facilité de déplacement sur sol dur, mais bien la qualité de la texture du coussinet plantaire qui lui n’est soumis ni au badigeonnage d’un onguent ni à l’ambiance humide dans laquelle se trouverait le sabot.

Onguligrade : de "ungula" (ongle) et "grade" (pas - marche). Les équidés sont souvent classés comme onguligrades alors qu’aucun individu sur cette planète ne se déplace sur son ongle ??!? un souci identique se pose pour  les soit disants digitigrades qui se déplaceraient sur leurs doigts ou plantigrades qui eux se réceptionneraient sur la plante de leurs pieds. En fait, en observant physiquement le déplacement des individus toutes classifications confondues, nous constatons que le déplacement s’opère suivant l’axe des métatarses pour les bipèdes, métatarses et métacarpes pour les quadrupèdes. La réception s'organise en bout de métatarses et non sur l'ongle, le doigt ou encore la plante du pied. Chez le cheval c’est au niveau de la fourchette que l’impact a lieu dans l'axe du canon (métacarpe-métatarse).

perforation

Orthopédiques (fers) : Les fers dit orthopédiques n'ont rien d'orthopédique. Leur pose est pourtant proposée régulièrement, en toute bonne foi mais aussi en toute ignorance, par les maréchaux ferrants et les vétérinaires. Le fer dit « orthopédique » est posé à l’envers ( ça ne marche pas dans un sens donc je le place dans l'autre !) ce qui a pour effet d’achever la destruction du doigt du cheval commencée par une pose à l’endroit. Cette pratique n’a aucun sens scientifique, elle était utilisée lors de l’époque militaire pour faire « durer » le cheval. En effet, le fer à l’envers, abusivement appelé orthopédique, soulage un temps le cheval en déplaçant les points de contraintes imposés, déplaçant ainsi les points d’inflammations et réduisant les douleurs qui leurs sont liées. Le cheval ainsi traité semble dans un premier temps soulagé pour souffrir de plus belle quelques mois plus tard. Aujourd’hui, comment peut-on encore penser que l’on peut faire de l’orthopédie en plaçant un objet sur un ongle. Cette pratique fait beaucoup rire les orthopédistes humains… voir aussi fer napoléon

 Paille : La paille ne doit pas faire partie de l’environnement du cheval ni comme litière poussièreuse puisqu’il faut laisser son cheval hors de toute cellule carcérale, ni comme alimentation parce que trop agressive et donc destructrice de la pilosité intestinale.

Pain : Peut-on donner du pain aux chevaux ? La réponse est catégorique : NON !    voir gluten

Papiers : Les chevaux sans papiers sont considérés comme des sous-chevaux. Ils n’ont pas le droit entre autre de participer à de nombreuses compétitions ou manifestations. Les sans papiers sont souvent mis au ban de la société des hommes !

Parage naturel : Se dit de la taille et de l’entretien de la boîte cornée du sabot du cheval. Le terme « naturel » s’oppose au traitement habituellement réservé au sabot ferré, qui lui est contre nature. apprendre à parer

Parasites : Plusieurs causes sont à l’origine de la multiplication des parasites comme les mouches, les tiques… L’environnement est une ces causes. La présence de pesticides a détruit nombre d’oiseau en charge de réguler la prolifération des insectes. Le terrain sur lequel séjourne le cheval est souvent pollué par  manque d’espace.De plus, un régime alimentaire inadapté créé un déséquilibre hépatique qui rend l’individu vulnérable et donc incapable de résister aux agressions des parasites. En se roulant dans la poussière le cheval se protège. Le doucher ou le raser ne sont pas des pratiques convenables. Un traitement hépatique et une mise au vert sur un espace neuf favoriseront un retour à la normale.poulain enneigé web

Pareur : Terme générique qualifiant celui qui entretient les sabots. Le parage physiologique du pareur respecte le fonctionnement locomoteur. Le parage effectué par le pareur se différencie de celui du maréchal ferrant qui lui pratique le parage dit « de prairie » en vue de la pose future d’un fer.

Perforant : Cf. fléchisseur profond.


Périssodactyle : Signifie que l’individu "ongulé" repose au sol sur un nombre de doigts impair ce qui est le cas du cheval qui n’a qu’un seul doigt. Les individus ongulés reposant sur un nombre pair de doigts sont classés dans les cétartiodactyles. L’homme a la manie du classement, ça le rassure ou le perturbe (cf onguligrade). Il existe plusieurs classements du vivant suivant des critères quelquefois contestables.

Paroi : Appelée aussi "muraille" ou bien "mur", c’est l’ongle protecteur du doigt. Constitué de poils agglutinés, c’est un capteur sensoriel essentiel pour renseigner le cheval sur la nature du substrat et la qualité de l’appui.  En présence du ferrage, cette fonction sensitive indispensable est inhibée.

taille paroiPince : C’est l’extrémité antérieure de la boîte cornée. En anglais on l’appelle toe ce qui signifie orteil. Comme nos orteils la pince participe à la mise en équilibre du cheval. Lorsque le cheval est ferré le cheval pose en pince ce qui n’est pas naturel.

Plan : Un plan est déterminé par trois points non alignés. Nous avons tous observé cette réalité quand nous cherchons à stabiliser une table à quatre pieds lorsque l’un des pieds n’est pas dans le même plan que les trois autres. En revanche, les tables à trois pieds sont invariablement stables. Pour le cheval la nature a répondu à cette loi physique. Lorsqu’il se repose le cheval n’exerce pas d’appui sur un de ses postérieurs. Il assure ainsi sa stabilité sur trois appuis. En bloquant ses articulations le cheval ne dépense pas d’énergie pour se tenir stable sur ses trois points au sol. La nature a choisi de soulager un postérieur le centre de gravité du cheval se trouvant à proximité des antérieurs.

Poil : Le cheval a le corps entièrement recouvert de poils. Il en est « équipé » aussi à l’intérieur de son corps. Dans les systèmes digestif et respiratoire entre autre. Le système pileux est là pour accroître la surface de proprioception, pour capter des informations sur l’environnement. Chaque poil est pourvu d’un bulbe sensitif  qui est en capacité de transmettre, via les neuro-transmetteurs, des informations indispensables à l’équilibre biologique du cheval. Suivant son positionnement dans le corps ou sur le corps, le poil renseigne. Chaque poil est muni d’un micro muscle qui agit en le dressant plus ou moins suivant les impératifs de régulation thermique ou encore pour réguler la température de l’air inspiré dans les naseaux ou pour contrôler le transit intestinal. Le poil est ainsi un élément vital. Raser un cheval est néfaste tout comme l’équiper d’une couverture. La régulation thermique par hérissement des poils et emprisonnement d’un isolant, que représente l’air retenu dans l’épaisseur des poils, est mécaniquement inhibée par la pose d’une couverture sur cette fourrure dynamique auto régulée. La paroi du sabot est une concentration de poils agglutinés avec l’ensemble des bulbes regroupés au niveau de la couronne. C’est ainsi que la paroi est un capteur sensoriel tout comme les poils situés sur son menton qui permettent au cheval de situer exactement la distance qui le sépare du sol quand il broute. Il en va de même pour les fanons situés au niveau du boulet qui renseigne de la distance au sol dans la phase de réception.

rando_17Poney : Le poney est un cheval nain qui est le fruit d’une double sélection. D’abord, sélection des plus forts et des plus corpulents pour tirer l’artillerie. Dans un second temps, pour descendre ces chevaux de traits dans les puits de mines, sélection des plus courts sur pattes. C’est ainsi que les poneys portent le doux nom des cités minières ou, comme le pottock utilisé dans les mines du pays basque, un nom qui signifie tout simplement « petit cheval ».

Prédateur : L’homme a sans doute été un des plus grand prédateur du cheval. Associé à d’autres il a beaucoup consommé avant de se rendre compte que le cheval avait d’autres talents. Sur le continent américain l'homme n’a pas eu le temps de les mettre en oeuvre puisque l’ensemble des prédateurs a participé à sa disparition complète il y a 10 000 ans.

Proprioception : Il s'agit de la perception de soi-même dans l'espace environnant. C'est un mot valise, composé du latin proprius (propre) et de perception. C'est donc l'ensemble des récepteurs, des capteurs, des centres nerveux et des neuro transmetteurs qui assurent la proprioception. Le dysfonctionnement d'un de ces éléments trouble la perception qu'a l'individu à situer dans son environnement. Il perd en sensibilité.

Pur-sang : Il n’y a pas plus de pur-sang que de beurre en broche. Chez l’homme, l’histoire de « sang pur » alimente des comportements contestables et souvent désastreux. Comment peut on encore aujourd’hui utiliser cette terminologie ? Il signale un schéma de pensée étriqué. Emphase ridicule du monde équestre traditionnel. Tout aussi ridicule la classification de chevaux au sang chaud et au sang froid. Généralement les chevaux montés étaient dit au sang chaud et les chevaux lourds au sang froid. D'où viennent ces catégories ? En situation de stress permanent, un cheval tenu en box, nourri au grain, irrité par sa condition de vie devient "chaud". A contrario le cheval de trait plus généralement laisser libre sur sa pature n'a aucune raison de se "chauffer". Il y a confusion entre stress et type d'individu. Un cheval de selle dynamique laissé libre dans son espace de parcours avec des congénères demeure calme. Il convient donc de ne pas confondre irritation et exitation avec dynamisme et sérénité. Le sang de tous les chevaux est à la même température et a la même pureté !

rando_03Race : Le mot est lui-même bâtard. Il n’y a pas plus de races chez les chevaux que chez les hommes. Il existe une seule espèce de chevaux, du poney au soit disant « pur-sang » arabe ou anglais. C’est l’homme qui a organisé des sélections différentes selon l’utilisation recherchée.

Randonnée : C’est l’équitation loisir par excellence. Considérée à tort comme un sous produit de l’équitation, la randonnée équestre intéresse de plus en plus de cavaliers. Moins pédante que le monde des concours elle se veut plus libre. C’est une bonne école d’équitation qui permet de découvrir la nature plutôt que de tourner en rond dans le manège. Le monde de la randonnée est le premier à pratiquer une équitation sans mors, sans fer et sans box, pratique injustement décriée voire méprisée par le monde la compétition qui n’imagine pas pouvoir concourir sans mors et sans fers. Quelques exemples téméraires montrent pourtant le contraire. Le monde de la randonnée équestre prendrait-il de l’avance sur le monde du concours hippique ?

Réflexologie plantaireL’étymologie du mot « pied » en chinois signifie littéralement « partie du corps qui sauvegarde la santé ». Par l'intermédiaire du système nerveux, il existe un lien entre la voute plantaire du sabot et tous les organes. Tous les systèmes physiologiques et organes du corps du cheval sont représentés sous la boite cornée du cheval : le système circulatoire, le système digestif, la colonne vertébrale, les articulations etc. La reflexologie plantaire est une autothérapie consistant à traiter différents troubles par pressions sur la voute solaire du sabot divisée en zones réflexes, représentation miniaturisée de tout le corps du cheval. Chaque zone réflexe correspond à une partie du corps. La pose d'un fer prive l'extrémité digitale de tout contact plantaire avec le sol et prive donc le cheval de ce massage permament qui "sauvegarde sa santé". Ce massage naturel est bénéfique pour le relâchement des tensions. Il équilibre l'organisme du cheval qui lutte ainsi contre tout stress. Grâce à la reflexologie plantaire, les chevaux "pieds nus", sabots libres, évacuent naturellement leur fatigue, activent le système lymphatique, réglent diverses pathologies, harmonisent les fonctions vitales et favorisent l'élimination des toxines. 

galops chevauxRéforme : Ce terme est encore un héritage de l’époque militaire. On appelle un cheval réformé, une monture qui n’intéresse plus ce pour quoi on la destinait. C’est principalement dans le monde des courses que l’on réforme. La sélection sur les champs de courses s’opère par le vide. Acquérir un cheval réformé des courses présente de grands risques même si le prix est attractif ou encore que l’on conditionne l’acquéreur. Sauver un cheval réformé de la boucherie est certes un acte louable mais il faut savoir que sur 23 000 chevaux issus du monde des courses 19 000 chevaux dit « réformés » partent à l’abattoir chaque année… Le Cadre Noir de Saumur, « l’élite du monde équestre », vend ses chevaux réformés. Soit les plus jeunes quand les écuyers n’arrivent pas à les « dresser », soit ceux qui sont considèrés comme dangereux  ou trop âgés -15 ans- ?!? L’acheteur doit s’engager à ne pas utiliser le réformé à des fins lucratives. La raison invoquée est que le cheval doit se reposer. En fait des professionnels plus respectueux des chevaux ont vite compris qu’en plaçant le réformé dans des conditions de vie plus conformes le cheval, acquis à un prix modeste, devenait par miracle un excellent partenaire coopératif décontracté. Vexé le Cadre Noir ?

Rénette Rotative : Cet instrument permet d'exfolier les tissus dégradés du sabot. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Il réduit considérablement le temps d'intervention évitant au cheval d'avoir à patienter pied en l'air et à l'intervenant de se casser le dos ! Comme tout instrument tranchant il convient d'être prudent et de s'équiper de protections adaptées (lunettes, gants..). Il convient aussi de savoir ce que l'on peut exfolier.

Respiration : Le cheval respire exclusivement par le nez – ses naseaux -. La présence d’un mors entrouvre la commissure des lèvres, entraînant ainsi une entrée d’air dans l’oropharynx et provoquant le déplacement anormal du palais mou.

sabot_01Sabots blancs : La croyance populaire veut que les sabots blancs soient plus fragiles que les sabots sombres. Or le pigment n’entre pas dans la structure de l’ongle. Les sabots ne sont ni plus ni moins résistants que les autres et les blondes pas plus imbéciles ou plus intelligentes que les brunes, et leurs cheveux blonds ou bruns pas plus résistants aux crêpages de chignons.

Sandales : cf easy boot

Science : La plupart des thèses scientifiques en matière équine offrent des études biaisées. Les thèses universitaires sur la locomotion oublient de nous préciser que les chevaux étudiés sont ou ont été ferrés. Pour l’ensemble des études le nombre de sujets étudiés – souvent moins d’une centaine - est bien inférieur à ce qu’une étude sérieuse impose (panel scientifiquement reconnu minimum 860 individus étudiés). Sujettes à caution, les conclusions de ces études sont là pour conforter les croyances du monde équestre et non pour véritablement remettre en question ce monde sclérosé.

tete cheval webSécurité : Conséquence malheureuse de la pose de fers sous les sabots, la perturbation de la chaine tendineuse provoque des tendinites dorsales quasi systématiques. Le cheval supporte plus ou moins cette douleur permanente sous la selle et expulse son cavalier. Le ferrage devrait être interdit pour des raisons évidentes de sécurité.

Sédentarité : Comme aime le rappeler le Docteur Vétérinaire ANCELET, "le cheval est un animal qui doit marcher pour manger et manger pour marcher" –minimum 10km/ 24h. Le sédentariser provoque de graves troubles métaboliques.

Seime : Fissure verticale de la paroi due soit à un ongle trop long et/ou à une mauvaise qualité de la production cornée.


Selle :
Pour son propre dos l’homme a confectionné des sacs souples sans armatures. Pour le dos du cheval, il propose aujourd’hui des selles sans arçon qui suivent les mouvements du cheval. Un peu de douceur dans ce monde équestre de brutes et de rigides.

Répétons le : Le rigide ne sied pas au vivant.morgane portos 01

Le déplacement d'un cheval n'est pas rectiligne. Le mouvement induit un déplacement du corps en trois dimensions. Une selle rigide est incapable de suivre ce mouvement. En conséquence l'argument de la répartition de l'énergie du déplacement du cavalier sur le dos du cheval, et non uniquement de sa masse, ne résiste pas lorsqu'il y a mouvement.
En statique la répartition ne prend en compte que la masse inerte du cavalier. En revanche, en dynamique, le fait que les deux corps se déplacent, impose une interface la plus souple possible pour ne pas altérer le mouvement de l'un ou l'autre corps. Le point de contact au niveau de l'interface se déplace sans arrêt tout comme le centre de gravité de l'ensemble cheval-cavalier. Il n'est donc pas physiquement juste de dire que le point d'impact entre les deux corps en mouvement reste fixe. Par exemple quand le cheval s'incurve l'arçon rigide n'est pas en capacité de suivre le mouvement. Autre exemple : Le simple appui sur un étrier modifie la zone de contact des forces en présence. Les militaires avaient des rapports très rigides avec leurs chevaux. Ils utilisaient des selles rigides. Nous souhaitons avoir des relations souples avec les chevaux, utilisons des selles souples ainsi, entre le cheval est nous, entre notre corps et le sien, la relation est souple.

Simple : La relation avec le cheval exige de la simplicité. Toutefois,  faire au plus simple dans la relation que nous entretenons avec les chevaux est le plus difficile tant la pression du monde équestre traditionnel est forte.  Il est impératif de se défaire de la culture équestre imposée par une approche héritée de concepts d’un autre temps très influencés par de solides croyances.

Shiatsu équin : C’est une méthode de relaxation. Shiatsu signifie littéralement « pression des doigts ». En fait de pression des doigts c’est surtout le cheval qui souffre d’une pression permanente sur ses propres doigts avec le ferrage. Cette donnée échappe souvent à ceux qui proposent le shiatsu équin. Comment prétendre relaxer les chevaux en gardant les fers aux doigts ? Tant que les chevaux seront placés dans des conditions de vie stressantes parce qu’inadaptées, les « déstresseurs » adeptes de la médecine japonaise auront de l’avenir ! Inhiber les causes serait plus efficace, moins couteux et la relaxation plus durable.

boule neige chevaux pieds nusSole : Durillon plantaire faisant partie de la boîte cornée du sabot. Normalement concave. En présence d’un fer,  elle perd sa fonction dans le processus d’amortissement lié au déplacement.

Solipède : Une ancienne classification, une de plus, qui réunissait les mammifères comme les chevaux pourvus d’un seul doigt apparent.

Statut : Il est temps pour le cheval passer du triste statut de l’obéissance, de "dominé" à celui du partenaire et d’alter ego. Les thèses qui prônent la domination du cheval par son cavalier semblent bien d’un autre âge. Pas seulement pour les chevaux d’ailleurs… En ce qui concerne le statut juridique du cheval, il n'est pas considéré comme étant un animal de compagnie mais toujours comme un bien meuble, un animal de rente. Le Cheval est le seul animal qui socialement a deux statuts celui de compagnon de loisirs et celui de boucherie.

STRASSER Hiltrud : Docteur en médecine vétérinaire allemande qui depuis 20 ans étudie les dégâts du ferrage et œuvre pour le déferrage des chevaux. Auteur de « Un sabot sain pour une vie saine »

Sucre : Cf. granulés

Surnasure : Alors que l’embouchure est placée dans la bouche –mors-, la surnasure est une partie d’arnachement posée sur le nez du cheval. Cet équipement est appelé improprement ennasure alors qu'il n'y a rien dans le nez. Il existe plusieurs types de surnasures. Le bosal, le hackamore, le licol, le bitless, le side pull… Il existe aussi des bridons doux et précis qui répartissent la pression transmise par l’action des rênes sur l’ensemble de la tête sans la douleur inadmissible que provoque le mors.

Talons : Personne n’est en capacité de connaître la hauteur conforme d’un talon de sabot puisque personne ne peut connaître la déformation exacte du sabot à l’impact lorsque le cheval est lancé au galop et d’en déduire la hauteur conforme. Seul le cheval qui va user la boîte cornée en conformité avec la spécificité de son appui sera en mesure de régler lui-même par usure et pousse successives la hauteur idéale des talons. La nature est bien faite et en la matière l’homme est bien prétentieux ou ignorant s’il pense faire mieux.

doitg tendonsTendons : Se sont les cordons en fibres de collagène qui lient les muscles au squelette. Leur longueur est très précise ce qui permet à la chaine tendineuse de remplir la fonction de stabilisation d’un individu. Si on intercale un morceau de carton entre les molaires d’un haltérophile on modifie de quelques millimètres la chaine  tendineuse. Cette disposition expérimentale rend impossible pour le champion de lever la charge. On comprend ainsi mieux pourquoi la pousse des talons qui modifie la chaine tendineuse lors d’une période de ferrage rend la vie difficile au cheval.

Tic : Cette terminologie générique rassemble l’ensemble des manifestations pathologiques qui sont la conséquence d’un enfermement prolongé du cheval et/ou de conditions de vie et d'alimentation inadaptées. Tic aérophagique, tic de l’ours, de la langue, rongeur, ambulatoire, encensement…

Tradition : Le ferrage est une pratique traditionnelle. Comme pour toute tradition ceux qui  perpétuent cette acte le font sans questionnement et en étant persuadés de bien faire. L'abandon de la tradition destructrice du ferrage demande une bonne dose d'introspection, d’indépendance et de remise en cause personnelle.  Rester soi-même acteur d’une tradition dégradante est le fruit d’un schéma de pensée contestable. Accepter ce schéma de pensée c’est en cautionner toutes les dérives.

Dans le monde, une fillette est excisée toutes les dix secondes… au nom de la tradition !

Transhumance : du latin trans (de l’autre coté) et humus (terre).  Migration saisonnière des troupeaux en fonction des conditions climatiques. Cette pratique se perpétue dans de nombreuses régions du monde. Pour les cavaliers c’est l’occasion de participer à une aventure toute particulière. Vivre au milieu d’un troupeau en mouvement permet de mieux comprendre ce qu’est véritablement un déplacement 01cheval. Il est très formateur d’apprécier le comportement des chevaux libres, de découvrir que les poulains suivent sans problème leurs mères sur de longues distances, de s’apercevoir que chaque cheval a sa personnalité et se positionne dans le groupe suivant les situations. Pour bien apprécier l’empreinte que laisse  une transhumance  citons le témoignage d’une participante : « un cavalier qui se pense accompli doit faire ça au moins une fois dans sa vie. » en savoir plus sur les transhumances 

Transit : Le transit du cheval est assuré par son déplacement quasi permanent. La sédentarité trouble gravement le fonctionnement digestif.

Travail en liberté : Dans le monde équestre pseudo éthologique, le travail s’opère généralement dans la cour de la prison pour chevaux appelé aussi manège, paddock ou encore rond de longe. Notion très particulière de la liberté. L’image de liberté que prétend représenter le monde du cheval est bien écornée !

Trotteur : Cheval soumis à un sévère attirail de contention qui lui interdit de lancer son centre de gravité vers l’avant lui empêchant ainsi de partir au galop. C’est bien la douleur par rétorsion mécanique qui fait que le cheval devient trotteur. Il ne s’agit en aucune manière d’une complicité ou encore moins de l’appartenance à une race comme on tente de le faire croire. Un trotteur ne naît pas trotteur.

Vasectomie : Méthode de stérilisation par section ou obstruction permanente des canaux déférents qui conduisent les spermatozoïdes. A la différence de la castration le comportement sexuel n’est pas aboli.

VENTURI Giovanni Battista (1746-1822) : Physicien italien qui en prolongeant le travail de dynamique des fluides de BERNOULLI a formalisé l’effet qui porte son nom. L’effet Venturi n’est autre que l’accélération du jet d’eau quand on pince le tuyau. La nature a mis en place une pompe Venturi dans chaque boîte cornée du cheval. En pinçant les artères à l’appui au sol cette pompe venturi accélère le sang. Cet effet de pompe est indispensable à la bonne circulation sanguine. Les membres des chevaux étant très longs, cette pompe compense les pertes de charges  du système vasculaire un peu comme il est installé des circulateurs dans une installation de chauffage central ayant des radiateurs très éloignés de la pompe principale.

cheval pieds nus ageVermifuge : La grande majorité des vermifuges présents sur le marché proposent des molécules résiduelles qui perturbent l’environnement et tuent en particulier les oiseaux et les bousiers. Il est préférable d’utiliser des vermifuges plus propices à la biodiversité. Libres sur de grands espaces non pollués les chevaux se vermifugent tout seuls. Cela dure depuis des millions d’années.

Vésicule biliaire : cf bile

Vieillesse : Un cheval est scientifiquement programmé pour vivre une cinquantaine d’année. Prématurément usé par un quotidien de vie inadéquat – nourriture, sédentarité, ferrage… -  le cheval du monde équestre traditionnel occidental meurt bien plus jeune. Ainsi un cheval est dit vieux passé quinze ans, alors qu’il n’est qu’un jeune adulte. Sur ce site, deux articles sont consacrés à ce sujet le désespoir des chevaux et l'espérance de vie du cheval

Vulvoplastie : Doux nom évoquant la chirurgie esthétique alors qu’il infibulation jument vulvoplasties’agit en fait, dans le monde equin, d’une pratique barbare. Cette horreur qui n’est autre qu’une infibulation, est toujours et encore enseignée dans nos écoles vétérinaires, toujours et encore pratiquée sur près de la moitié des pouliches et juments principalement dans le monde des courses. L’intervention consiste à suturer les lèvres très innervées de la vulve à l’aide d’agrafes ou de fils. Seuls quelques centimètres sont laissés sur le bas pour permettre le passage de l’urine. Les explications d’une telle pratique sont pour le moins contestables. La première d’entre elles serait « d’améliorer les performances en course » en évitant que de l’air entre dans le vagin ?!? Explication tordue pour une pratique tordue. Une autre motivation présentée comme plus médicale serait d’éviter une infection du vagin par l’introduction des germes pathogènes contenus dans les matières fécales. Dans ce cas ne serait-il pas préférable de se poser la question sur la présence et l’origine des germes pathogènes au lieu d’imaginer de coudre les lèvres. Les germes voyant la couture n’oseraient donc pas entrer dans la partie laissée ouverte. De qui se moque t-on ? Depuis 50 millions d’années l’anus et la vulve des juments ont la même disposition et les équins se sont reproduits et ont survécus ! Les juments subissent plusieurs infibulations et désinfibulations au cours de leur vie. L’infibulation est toujours pratiquée au Mali, au Sénégal, en Mauritanie sur les jeunes femmes et chez nous sur les juments…

 

Memento livre officiel sur le cheval et l'equitation qui présente les galops de 1 à 4 ou de 5 à 7, les bonnes pratiques de l'équitation et du monde equestre un dictionnaire nouveau et gratuit. ce book est original parle des chevaux et des haras nationaux et de la federation, fédération française de l'équitation. Galops officiel FFE DS à revoir. Les galops de 1 à 4 comme les galops de 1 à 7, le galop est à revoir de 1 à 7 pour une meilleure équitation et pour réussir son galop ou ses galops. memento presente le centre de gravite et les alliances inter espece memento de l'équitation officiel galops 1 2 3 4 5 6 7  gratuit bonnes pratiques dictionnaire équestre rénettes rotatives, stage, parage, naturel, cheval, pieds nus, pyrénées, france, randonnées, equestres, hebergement, gite, centre equitation naviculaire, fourbure, reflexologie plantaire, réflexologie. pierre ENOFF stage parage naturel cheval pieds nus pyrénées france galop de 1 a 7 de 1 à 7 randonnées equestres galops de 1 à 7 ancelet hebergement equitation centre. le dictionnaire equilibre.les fers orthopédiques ne sont pas orthopédiques utilisez la renette rotative.

 

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à la newsletter